INTRODUCTION

INTRODUCTION

 

                  Pour bien cerner le sujet de ce dossier, une bref historique s'impose...


"La femme doit obéissance à son mari " : Voici une citation de Napoléon qui pourrait assez bien résumé le carcan dans lequel sont placé les femmes jusqu'au XXième siècle. En effet, la situation de celles-ci dans la famille fut marqué par l'esprit de celui qui présida à la rédaction du Code civil en 1804.

Le Code civil de 1804: la puissance maritale fait de la femme une mineure à vie.

Napoléon, en proclamant l'inferiorité et l'incapacité de la femme mariée, réalise ainsi son objectif : soumettre femme et enfants au pouvoir absolu au chef de famille, appelation qui met en valeur l'autorité suprême du père. "La femme est donnée à l'homme pour qu'elle lui fasse des enfants", explique Napoléon Bonaparte. Une femme perd, lorsqu'elle se marie, une partie de ses droits et ne peut agir sans le consentement de son mari dans de nombreux domaines. Le mari était ainsi le tuteur de la femme.


A la fin du XIXème siècle, avec le développement industriel, l'incapacité de la femme mariée devient gênante, au moins en ce qui concerne le travail. Ceci, ajouté à une mobilisation féministe grandissante, conduit à remanier le Code.
Toutefois, pour arriver à ce statut, il a fallu plus d'un siècle et un enchainement de petites et grandes réformes. Parmi celles-ci , le droit pour les femmes de disposer librement de leur salaire (1907), les femmes mariées peuvent ester en justice sans le consentement de leur mari (1905), un projet de loi en faveur de l'égalité civile (1920), une femme mariée peut obtenir un passeport sans autorisation (1937), l'épouse peut gérer ses propres biens (1938).
Une succesion de loi qui conconstitue une belle avancée pour le statut féminin, mais seulement les prémices d'une lutte qui prendra bien plus d'importance dans la seconde moitié du XXième siècle : Les femmes n'ont encore, assimilé à ce que nous connaissons aujourd'hui, que peut d'autonomie et c'est cet attrait à l'égalité va profondement bousculer son statut au sein de la famille.

 

Ainsi, de 1950 à 2010, on remarque trois grandes étapes majeurs de cette mutation : la femme reine du foyer de l'entre-deux-guerres, la femme contestataire des années 1970 et enfin la femme indépendante du vingtéunième siècle. C'est cet évolution que nous allons tenter d'étudier dans ce dossier : émancipation de la femme, remise en cause de l'autorité paternelle, montée de l'individualisme sociologique au sein de la famille illustrée par l'apparition de nouvelles formes familiales dues au développement des divorces, des familles recomposées et des familles monoparentales.

 

Il est à noter que tout au long de ce TPE, nous parlerons des femmes au pluriel afin de non seulement éviter le piège du stéréotype, du mythe, de La femme, et de « l'éternel féminin* », mais aussi pour suggérer la diversité : il nous faut à la fois montrer ce que les femmes ont en commun et ce qui les différencie les unes des autres.

Tout travail impose une problématique. Celle qui s’impose pour les femmes du XXème siècle en France et au sein de la famille est une réflexion sur leur émancipation. En un siècle, même si ces progrès n’ont pas été continus, les rapports entre les sexes ont connu des bouleversements, tel que le mot « révolution » s’impose pour en rendre compte.

 

 

COMMENT LE STATUT DE LA FEMME AU SEIN DE LA FAMILLE 

A-T-IL EVOLUÈ DE 1950 À NOS JOURS ?


 

Vous trouverez dans le menu, à droite de cette page, la plan suivi.
Ne pas oublier de clic que la rubrique afin d'accèder à l'introduction de partie.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site